Télécharger GRATUITEMENT le livre : Les stratégies gagnantes pour recruter LES PERLES RARES à l’international

Logo PHOENIX-GMI page accueil

Français pourquoi ne pas immigrer au québec

Immigrer au Québec 

Avant de personnellement immigrer au Québec en 1999, il y avait un énorme engouement de la part de mes compatriotes pour l’immigration au Québec et au Canada !

Avec l’arrivée d’Internet et la profusion d’informations via les réseaux sociaux et sites spécialisés, immigrer au Québec est aujourd’hui devenu plus anodin et facilement accessible dans l’esprit des gens ! Je sens une diminution de cette motivation. Y aurait-il une raison ?

Pourquoi, nous, francophones, Français, mais aussi Belges de la Wallonie, du Maghreb ou d’Afrique, avons-nous été tellement sollicités pour venir nous établir au Québec depuis ces vingt et quelques dernières années ?

La réponse m’était facile au début, mais aujourd’hui, alors que je suis au cœur même de cette politique d’immigration, je la conçois de façon plus réservée pour les candidats d’Europe. En effet, les candidats francophones du Maghreb ou d’Afrique restent toujours motivés.

Mais pour les autres, Français et Belges bien entendu, la langue française est le déterminant majeur. Nous parlons français, mais aux antipodes l’un de l’autre ! Notre culture est différente ainsi que nos attitudes et comportements. Il y a eu assez de blagues qui sont passées sur les réseaux sociaux pour ne pas vous en être rendu compte ! Pourtant, c’est ce Français qui est recherché. Celui qui est profondément motivé pour s’intégrer dans son nouvel environnement.

Ensuite, les valeurs prennent le dessus et celles des Français peuvent facilement s’imbriquer dans celles du Québec ! Ces valeurs, les Québécois ne les ont pas inventées et les racines remontent aux premiers Français qui les ont débarquées de leurs bateaux en foulant le sol et s’y établissant et implantant la Fleur de Lys.

Et vous ? Comment vivez-vous en France, par exemple ? Quelle est votre situation professionnelle ? Comment sera votre lendemain, mais aussi l’avenir de vos enfants ? Loin de moi l’idée de dépeindre une image grisée de la société française.

Mais dans cette France anémiée où le marché de l’emploi reste chaotique, nous sommes surpris de découvrir que le « Français » aime mieux rester dans le malaise et trépigner sur place que de prendre son courage et immigrer au Canada ! De toute façon, il ne sait pas comment s’y prendre et c’est compliqué d’après lui.

Essayons de comprendre comment immigrer au Québec. 

Je reçois beaucoup d’appels de Français qui ont déjà entrepris des demandes de résidence permanente pour le Québec. Toujours de la frustration à cause des documents incomplets, des délais, des réponses négatives et surtout de la colère, incompréhension totale. Les forums de discussion n’aident pas ! Vraiment pas ! Eh bien au contraire, deviennent de véritables machines anti-volonté d’immigrer au Québec ! Sur le coup, même ceux qui veulent venir ne veulent plus et c’est toujours mieux de rester devant sa télé, d’admirer le Québec et continuer à pleurer sur son sort.

Au Québec, et dans le reste du Canada, la pénurie de main-d’œuvre est grave ! Les médias internationaux ont même répandu cette réalité à grandeur de la mappemonde. C’est un besoin naturel pour toute une société, au même titre que l’eau et l’air nous permettent de vivre.

Mais que faire ? Venez-y !

Comment venir au Québec ?

Simplement dans un premier temps, pour travailler, ou étudier, même les deux si besoin est ! Et devenir Résident Permanent, par la suite…

Vous vivez à Longwy ? Bourg-lès-Valence ? Eyburie ? Faverney ? Hayange ? Warcq ? Seclin ? ou dans une des autres communes innombrables ? Et bien je peux vous confirmer que si vous voulez votre stabilité professionnelle et assurer une vie et un futur pour vos enfants, ne dépendant que de votre force de travail, le Québec vous attend !

Ici, vous pourrez trouver un emploi à la hauteur de vos attentes, mais surtout auprès d’employeurs qui reconnaitront vos compétences à juste valeur. Ne pensez pas vous installer à Montréal, cela ne donnera rien.

Laissons la ville aux personnes qui veulent les villes, mais si vous avez vécu dans des petites communes où le monde sait encore ce qu’est l’entraide, partagent des valeurs de vie et restent solidaires, le Québec regorge de communes qui vous accueilleraient et vous offriraient cette stabilité par sa force d’employabilité.

Immigrer au Québec est également une petite part de France que nous amenons avec soi. La première chose est votre expression française ! Vous vous adapterez aux accents, n’ayez crainte. Qui, du sud de la France vers le nord ou vice-versa, n’a pas fait l’exercice ? Disons qu’ici, ce sera à la grandeur du Québec et parfois, on y perd son latin !

Et pour arriver à cette transition vers le Québec, un emploi ou un programme d’étude restent la voie privilégiée.

Vous avez perdu votre emploi en France ? Vous ne savez pas comment vous orienter ? Vous avez travaillé depuis toujours dans cette usine ? Vous pensez ne plus avoir de possibilité d’intégrer à nouveau une nouvelle entreprise ?

De toute façon, il faut que vous déménagiez sans garantie que vous y restiez. Ou vous avez accès seulement à du travail intérimaire ? Vous n’avez pas occupé un poste permanent à durée indéterminée depuis des années déjà ? Ou peut-être même jamais ? Ou bien, vous vivez toujours chez vos parents ou avec des amis, car vous êtes incertains sur les postes de stagiaires et autres que vous effectuez ? La vie est trop chère ? Oublions l’achat d’un appartement et encore moins d’une petite maison.

Bref, la liste de questions peut être très longue, mais voici la réalité que fut en France des gens qui ont choisi de venir vivre et travailler au Québec maintenant.

Bien que le programme de résidence permanente, travailleurs qualifiés, possède une grille de points avec des exigences précises quant à votre âge, le niveau d’étude, etc, vous pouvez avoir l’impression que si vous avez 42 ans et plus, un CAP de base, tout est terminé pour vous !

Nous n’utilisons pas cette grille. Laissons-la aux autres ! Nous vous réservons d’autres voies plus accessibles et rapides qui permettront de rapidement combler les besoins mutuels, autant du Québec que des vôtres.

D’une part, vous pouvez remodeler votre vie, incluant les formations que vous avez toujours désiré faire, vous réorienter ou simplement, en entrant immédiatement sur le marché du travail par un poste permanent et pourquoi pas, si besoin est, suivre des mises à jour et transferts de compétences pour encore mieux s’intégrer dans votre nouvel environnement. Votre famille vous suit. Vous pouvez prévoir, acquérir votre maison avec son beau terrain, vivre dans un environnement sain, sans violence, plein d’avenirs et cet avenir sera l’étape suivante en vous plaçant dans une stratégie qui vous mènera vers la résidence permanente.

Si vous êtes soudeur, tourneur-fraiseur, CNC, mécanicien, électrotechnicien, électromécanicien, opérateur de production, chauffeur poids-lourd, cuisinier, technicien en plasturgie, optimisation de procédés, informaticien (programmeur, développeur) et quelle que soit votre profession, votre avenir commence par immigrer au Québec ! Et chose importante, si vous êtes une femme et exercez ces professions, c’est toute en votre honneur ! On vous attend !

Notre bureau de recrutement international et d’orientation est à votre disposition.

Derniers articles

Partagez cet article

Selin Deravedisyan-Adam Cofondatrice Directrice de l’immigration et experte-conseil en mobilité internationale

Selin Deravedisyan-Adam

Cofondatrice

Directrice de l’immigration
et experte-conseil en mobilité internationale

[email protected]
514 903 9959 ou
418 476 8381 – poste 312

Parcours professionnel

Femme de terrain, pionnière et passionnée, Selin consacre sa carrière à la mobilité internationale depuis 1993. Sa vaste expertise et la crédibilité que le marché lui accorde puisent dans son histoire familiale. Elle-même enfant de l’immigration, elle est passée de la Turquie à la France, puis une fois adulte, de la France au Québec. Elle a baigné tôt dans l’administration, le travail social et la linguistique qui sont le propre des travailleurs qui soutiennent l’immigration.

Mariée en France à l’âge de 20 ans avec Christian, cofondateur de PHOENIX-GMI, elle immigre pour une deuxième fois et choisit la Ville de Sherbrooke au Québec comme terre d’accueil en 1999. Elle collabore à cette époque avec l’Institut d’entrepreneuriat de l’Université de Sherbrooke puis est invitée par le ministère de l’Éducation à donner un cours aux adultes sur le lancement d’entreprises. En parallèle, elle développe son entreprise en mobilité internationale qui deviendra PHOENIX-GMI en 2013.

Dès 2008, Selin est consultante réglementée en immigration canadienne et obtient par la suite sa licence pour la province de Québec. Elle se positionne comme une référence en matière des statuts basés sur les permis de travail tant au Québec qu’au Canada. Québec International, un organisme paragouvernemental œuvrant dans la région de Québec et de Chaudière-Appalaches, lui demande de jouer les rôles d’experte-conseil, de formatrice, de participante à des tables de concertation et d’agente de développement stratégique auprès de ses membres.

En 2018, elle est élue présidente de l’Association canadienne des conseillers professionnels en immigration pour le Québec. Cette nouvelle fonction l’amène à travailler directement avec les autorités d’immigration fédérale et provinciale, tout en s’assurant que la profession soit éthiquement et dignement représentée.

Aujourd’hui, elle initie son équipe aux procédures de recrutement international et de soutien à l’immigration. De surcroit, elle vit au quotidien son rêve d’aider des gens de tous les continents à vivre une immigration et une intégration sereines dans la société québécoise.

Christian H. Adam Cofondateur Directeur général et responsable du recrutement international

Christian H. Adam

Cofondateur

Directeur général et responsable du recrutement international

514 903 9959 ou
418 476 8381 – poste 311

Parcours professionnel

L’excellence marque depuis toujours le parcours de Christian. Étudiant d’origine arménienne, il immigre de Turquie vers la France où il poursuit avec brio des études en génie chimique. Après quelques années dans l’industrie du caoutchouc, il se positionne comme expert, dirige des laboratoires et voyage à travers l’Europe. Il diversifie alors ses activités vers des secteurs connexes : automobile, équipements militaires et santé.

En 1999, dans le contexte trouble de la guerre du Kosovo qui a des répercussions partout en Europe, il choisit d’immigrer au Québec avec Selin, cofondatrice de PHOENIX-GMI, et leurs enfants. Il dirige les laboratoires de recherche et développement de deux entreprises sherbrookoises, cheffes de fil dans l’industrie du polymère et s’initie à la gestion des ressources humaines et à l’administration en contexte syndiqué. En parallèle avec cette carrière florissante et cette intégration réussie, il développe des approches multiculturelles pour les adapter à des formations spécialisées en lancement d’entreprise et coache de nouveaux immigrants.

Sur cet élan de soutien à la mobilité internationale, il cofonde PHOENIX-GMI et lance en parallèle un cabinet-conseil dans le domaine du caoutchouc. Sa clientèle, provenant des différentes régions du Québec, le sollicite pour le recrutement de postes variés allant de la production à la finition de produits en passant par les procédés de qualité.

Christian fait aujourd’hui œuvre de médiateur interculturel. Il est LA personne qui excelle à orchestrer les solutions de recrutement international qui permettent d’une part, à nombre d’entreprises québécoises, de résoudre leur pénurie de main-d’œuvre et d’autre part, à de nombreux travailleurs spécialisés, de vivre leur rêve d’immigration au Québec.