Télécharger GRATUITEMENT le livre : Les stratégies gagnantes pour recruter LES PERLES RARES à l’international

Giovanni et Samuela – Famille Présente au Québec

Pourriez-vous vous présenter et nous parler de vous ?

Bonjour je m’appelle Giovanni, j’ai 30 ans et moi Samuela j’ai 29 ans. Nous sommes mariés, nous avons 3 enfants Cassandre 8ans, Mathéo 6ans et Simon 4 mois. Cela fait 5 mois que je suis au Québec à Saint-Damien-de-Buckland. Ma famille est arrivée le 8 mai 2021 au Canada. Je travaille pour l’entreprise Plastiques Moore.

Comment avez-vous entendu parler de Phoenix GMI ?

Samuela : Je me souviens encore comme si c’était hier. Ma belle-mère était chez nous, c’était pendant les vacances du mois d’octobre, on était à table en train de parler et Giovanni me dit que le pôle emploi lui a envoyé un mail pour lui informer que des recruteurs québécois venaient à la Réunion. Il devait envoyer un mail avec un CV si nous étions intéressés pour le Québec. Giovanni m’a dit qu’il allait envoyer son CV, sauf qu’à ce moment-là nous avions le projet d’aller en France. Je lui réponds : ” vas-y envoi, mais ils ne vont pas te prendre puisque tu as femme et enfants.” Et il a envoyé. Sans arrière-pensée.

Giovanni : J’ai reçu un mail de la part du Pôle Emploi pour m’informer de la campagne de recrutement pour le Québec. J’ai ensuite envoyé ma candidature sans penser que j’allais être retenu. Christian a ensuite pris contact avec moi par téléphone. Ma femme et moi nous sommes rendus au Pôle Emploi pour la journée de recrutement où nous avons rencontré Christian et Selin.

Quels éléments vous ont motivés à quitter La Réunion pour le Québec ?

Giovanni et Samuela : Notre première motivation était l’emploi, puisque nous étions sans emploi. Ensuite le cadre de vie professionnel et personnel, l’éducation scolaire qui offre plus d’opportunités pour nos enfants comme l’apprentissage de l’anglais ; une ouverture vers l’international et la découverte d’une nouvelle culture.

Maintenant que vous êtes sur place, comment votre expérience au Québec se déroule-t-elle ?

Giovanni et Samuela : Les débuts à était difficile, vu qu’il fallait tout recommencer à zéro, que ce soit dans l’administration en passant par la santé et même pour un simple forfait téléphonique et internet. Il y a aussi le jargon québécois qui est très atypique. Notre français et le français québécois sont si différents qu’il faut parfois faire gaffe à ce que l’on dit. Réaménager la maison aussi et tout racheter. Mais heureusement que les affaires d’occasion ne sont pas chères ici et encore en bon état. Au fil du temps tout ira pour le mieux.

Quels sont les aspects que vous appréciez de la vie au Québec ?

Samuela : Les enfants ont le droit de travailler à partir de 14 ans, je trouve cela super car ça leur fait une expérience du travail et puis de la valeur de l’argent aussi. Ils peuvent économiser pour leur achat personnel. La première fois que nous sommes allés faire les courses, ce qui m’a interpellé était le prix des aliments. C’est vraiment moins cher qu’à La Réunion et la quantité est différente. Au Québec tout est vendu par lot, tout est pensé pour que vous fassiez des économies. C’est très intéressant quand on est une famille nombreuse comme la nôtre. Les enfants et moi sommes pressés de l’arrivée de l’hiver pour voir nos premiers flocons de neige et partir faire du ski. Nous aimons aussi la ville où nous sommes, à Saint-Damien-de- Buckland. C’est paisible et tranquille.

Giovanni : Ce qui est frappant ici est la gentillesse des personnes et le système de paye. On est payé aux 2 semaines ou à la semaine et cela permet de mieux gérer son argent contrairement en France ou arrivé au 15 du mois tu n’as quasi plus rien sur ton compte. La nature, il y en a beaucoup. Ça permet d’être facilement dépaysé. Il y a aussi beaucoup de structures à découvrir. On est déjà parti au Miller zoo, les enfants ont adoré de voir des animaux comme les lions, tigres etc…. Des animaux qu’ils ne voient qu’à la télé. Les centres commerciaux sont immenses, exactement comme dans les films. Bientôt on ira à l’aquarium qui promet d’être ”waouh” et faire d’autres activités encore. Mais nous avons le temps car ma famille et moi-même voyons notre avenir au Québec.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes désireuses de changer de vie pour aller vivre au Québec ?

Giovanni : Si vous avez des envies et des rêves foncez. Car pour ma part c’était un rêve de venir vivre au Québec. Ce rêve s’est transformé en projet de vie de famille, puisque ma femme et moi avons la même vision de l’avenir. Samuela : Au début j’avais un peu peur de tout quitter pour partir loin de ma famille. Quand on a pesé le pour et le contre, on s’est rendu compte que la seule chose qui pouvait nous retenir était nos familles respectives mais qu’il y a tellement plus de choses positives qui s’offriraient à nous si nous décidions de partir. Tout est plus facile à acquérir ici, que ce soit l’achat d’une voiture ou d’une maison. Pour se loger il n’y a pas de ” il faut que ton salaire fasse 3 fois le montant du loyer”, tout est plus simple. Cela fait déjà 1 mois que les enfants et moi sommes arrivés et nous nous sentons bien ici. Giovanni et Samuela : nous rentrerons pour les vacances à la Réunion et puis la famille viendra nous rendre visite au Québec.

Pourquoi recommanderiez-vous Phoenix GMI ?

Giovanni et Samuela : Nous vous conseillons Phoenix GMI car ils se sont occupés de toutes nos démarches administratives. S’il n’y avait pas eu la pandémie, ma famille et moi-même aurions été au Canada depuis Mai 2020. L’entreprise qui devait me recruter n’a pas pu honorer son engagement car elle a été touchée financièrement. Mais Christian et Selin ne nous ont pas lâchés, ils nous ont trouvé une autre entreprise rapidement. Ils prenaient de nos nouvelles, tous les mois, il y avait un vrai suivi. Aujourd’hui si je vis mon rêve c’est en partie grâce à eux et à leur travail. C’est grâce à eux ainsi qu’à la persévérance de ma femme que ma famille est là aujourd’hui (sourire 😊). Selin a été présente pour elle, au vu de la situation qui lui était difficile. Un lien amical s’est créé. Merci pour tout.

Derniers articles

Partagez cet article

Selin Deravedisyan-Adam

Cofondatrice

Directrice de l’immigration
et experte-conseil en mobilité internationale

[email protected]
514 903 9959 ou
418 476 8381 – poste 312

Parcours professionnel

Femme de terrain, pionnière et passionnée, Selin consacre sa carrière à la mobilité internationale depuis 1993. Sa vaste expertise et la crédibilité que le marché lui accorde puisent dans son histoire familiale. Elle-même enfant de l’immigration, elle est passée de la Turquie à la France, puis une fois adulte, de la France au Québec. Elle a baigné tôt dans l’administration, le travail social et la linguistique qui sont le propre des travailleurs qui soutiennent l’immigration.

Mariée en France à l’âge de 20 ans avec Christian, cofondateur de PHOENIX-GMI, elle immigre pour une deuxième fois et choisit la Ville de Sherbrooke au Québec comme terre d’accueil en 1999. Elle collabore à cette époque avec l’Institut d’entrepreneuriat de l’Université de Sherbrooke puis est invitée par le ministère de l’Éducation à donner un cours aux adultes sur le lancement d’entreprises. En parallèle, elle développe son entreprise en mobilité internationale qui deviendra PHOENIX-GMI en 2013.

Dès 2008, Selin est consultante réglementée en immigration canadienne et obtient par la suite sa licence pour la province de Québec. Elle se positionne comme une référence en matière des statuts basés sur les permis de travail tant au Québec qu’au Canada. Québec International, un organisme paragouvernemental œuvrant dans la région de Québec et de Chaudière-Appalaches, lui demande de jouer les rôles d’experte-conseil, de formatrice, de participante à des tables de concertation et d’agente de développement stratégique auprès de ses membres.

En 2018, elle est élue présidente de l’Association canadienne des conseillers professionnels en immigration pour le Québec. Cette nouvelle fonction l’amène à travailler directement avec les autorités d’immigration fédérale et provinciale, tout en s’assurant que la profession soit éthiquement et dignement représentée.

Aujourd’hui, elle initie son équipe aux procédures de recrutement international et de soutien à l’immigration. De surcroit, elle vit au quotidien son rêve d’aider des gens de tous les continents à vivre une immigration et une intégration sereines dans la société québécoise.

Christian H. Adam

Cofondateur

Directeur général et responsable du recrutement international

514 903 9959 ou
418 476 8381 – poste 311

Parcours professionnel

L’excellence marque depuis toujours le parcours de Christian. Étudiant d’origine arménienne, il immigre de Turquie vers la France où il poursuit avec brio des études en génie chimique. Après quelques années dans l’industrie du caoutchouc, il se positionne comme expert, dirige des laboratoires et voyage à travers l’Europe. Il diversifie alors ses activités vers des secteurs connexes : automobile, équipements militaires et santé.

En 1999, dans le contexte trouble de la guerre du Kosovo qui a des répercussions partout en Europe, il choisit d’immigrer au Québec avec Selin, cofondatrice de PHOENIX-GMI, et leurs enfants. Il dirige les laboratoires de recherche et développement de deux entreprises sherbrookoises, cheffes de fil dans l’industrie du polymère et s’initie à la gestion des ressources humaines et à l’administration en contexte syndiqué. En parallèle avec cette carrière florissante et cette intégration réussie, il développe des approches multiculturelles pour les adapter à des formations spécialisées en lancement d’entreprise et coache de nouveaux immigrants.

Sur cet élan de soutien à la mobilité internationale, il cofonde PHOENIX-GMI et lance en parallèle un cabinet-conseil dans le domaine du caoutchouc. Sa clientèle, provenant des différentes régions du Québec, le sollicite pour le recrutement de postes variés allant de la production à la finition de produits en passant par les procédés de qualité.

Christian fait aujourd’hui œuvre de médiateur interculturel. Il est LA personne qui excelle à orchestrer les solutions de recrutement international qui permettent d’une part, à nombre d’entreprises québécoises, de résoudre leur pénurie de main-d’œuvre et d’autre part, à de nombreux travailleurs spécialisés, de vivre leur rêve d’immigration au Québec.