Recrutement international et tests Pré-Covid

Crée par : Phoenix GMI
Catégorie : Recrutement international, Vidéos sur l’immigration

Comment recruter à l’international malgré l’obligation des tests Pré-Covid ?

Les tests Pré-Covid sont une contrainte dans la logistique du recrutement international vers le Canada et le Québec. Les travailleurs étrangers, les employeurs et les agences de recrutement international et d’immigration sont dépendantes des choix des ministères. Mais certaines solutions pourraient être mises en place en lien avec IRCC afin de simplifier les processus.

Transcription du contenu de la vidéo Comment recruter à l’international malgré l’obligation des tests de dépistage de la Covid ?

Cette vidéo de Phoenix GMI explique ce que les tests pré-covid avant d’arriver au Canada ou au Québec ont changé pour les candidats. Les candidats, ce sont les futurs travailleurs étrangers temporaires qui ont été recruté par une entreprise québécoise dans le cadre d’un recrutement international et qui attendent d’arriver sur le sol canadien pour valider leur permis de travail.

 

De nouvelles mesures sanitaires pour les voyages se sont ajoutées aux anciennes, comme le confinement. Il s’agit des tests Pré-Covid avant le départ. Ils seront bientôt rejoints par d’autres mesures. Mais en attendant cela a déjà bien compliqué les procédures d’immigration des candidats, avec un impact aussi sur les employeurs, mais aussi sur les agences d’immigration, qui comme nous, assurent (entre autre) les procédures de voyages.

 

Avant l’arrivée des restrictions sanitaires concernant les voyages, nous avions un processus assez simple. Pour rappel, nous préparions en amont tous les documents dont le candidat avait besoin. Nous les lui envoyions par courriel. Il les amenait avec lui en vol afin de les présenter à l’agent de douane à son point d’entrée sur le sol canadien, afin que ce dernier valide son permis de travail.

 

Une fois que le candidat avait reçu son permis de travail de l’agent de douane, son employeur ou notre équipe, l’accompagnait jusqu’à son domicile, et il pouvait rapidement rejoindre son lieu de travail, et commencer à y travailler pour notre client employeur qui l’avaient recruté.

 

Les documents contenus dans les instructions de départ, que nous confions au candidat pour l’agent de douane, dépendaient du profil de candidat, mais cela pouvait contenir par exemple l’EIMT, un CAQ, un contrat de travail, le CV ou tout autre document nécessaire pour rassurer l’agent de douane au point d’entrée sur le sol canadien.

 

Par contre, lorsqu’en mars 2020, les autorités d’immigration canadiennes, ont commencé à mettre en place progressivement des restrictions de voyage, nous avons adapté nos instructions. Désormais, la trousse d’instruction que nous remettons à tout candidat, est divisée en deux parties. La première est destinée au départ et permet l’embarquement. La seconde est destinée à l’obtention du permis de travail, et contient les informations sur la quarantaine et ses conditions.

 

La mesure des tests pré-covid engendre une logistique supplémentaire pour notre organisation et pour le travailleur. Pour le candidat, c’est une démarche qui s’ajoute à une situation intense. Ils sont sur le point de tout laisser derrière eux pour déménager à des milliers de kilomètres, ils doivent s’organiser sur le plan émotionnel.

 

Pour notre organisation, c’est aussi une logistique sur le terrain. Par exemple, nous avons identifié, pour chaque pays de départ des candidats, la liste des laboratoires les plus fiables et les plus accessibles.

 

Le candidat doit s’y rendre, revenir chez lui et recevoir les résultats des tests, qui doivent être négatifs, pour pouvoir prendre l’avion pour le Canada. Tout cela à moins de 72 heures du départ. Et il faut aussi prendre en compte qu’ils n’habitent pas tous en ville et sont parfois à 15 ou 20 heures de route de l’aéroport international de leur pays.

 

Le temps est donc «chronométré» et le système a dû être entièrement réorganisé en conséquence.

 

Chez Phoenix GMI, nous louons le travail remarquable de nos équipes. Elles ont réussi à gérer, dès l’application de cette nouvelle mesure, et dans un temps record, toute la logistique pour assurer les départs qui avaient déjà été prévues, et alors que nous ne pouvions pas décaler les dates de vol. Il est définitivement certain que les instructions et les suivis de préparation demandent davantage d’efforts que les autres dossiers que nous montons.

 

Sans compter que c’est une charge financière supplémentaire pour les employeurs, qui doivent défrayer les honoraires du laboratoire médical, et attendre la fin du confinement en quarantaine de leur travailleur étranger temporaire avant qu’il vienne dans leur entreprise.

 

Maintenant, nous comprenons parfaitement la légitimité de cette démarche. Elle a été faite pour limiter, voir stopper les voyages non-essentiels. Et elle est là pour éviter les conséquences sanitaires que ces voyages peuvent entrainer. Par contre, cela a été imposé de manière drastique, sans considérer la situation particulière des candidats, qui viennent exclusivement pour des motifs économiques.

 

L’état pourrait mettre en place des mesures complémentaires pour les travailleurs étrangers temporaires après leur arrivée au Canada.

 

Il a mis en place le test obligatoire à l’arrivée au Canada. À   l’issue du résultat, si le test est négatif, les travailleurs pourraient être dispensés de terminer leur quarantaine en confinement afin de se rendre immédiatement sur leur lieu de travail.

 

Ils arrivent sur le sol canadien pour participer aux services essentiels. Les faire attendre plusieurs jours quand c’est évitable n’est pas forcément cohérent. Car si certaines professions peuvent être effectuées depuis le confort de leur maison, la présence sur le lieu de travail est obligatoire dans beaucoup de secteurs. Pendant ce temps-là, les candidats ne participent pas à relancer ou à soutenir notre économie.

 

Aussi longtemps donc, que la mesure concernant les tests pré-covid avant le départ est maintenue, nous pensons que les autorités d’Immigration Canadiennes, devront s’organiser avec le Ministère des Transports. Il est vraiment important qu’avec les autres ministères, ils puissent établir une mesure complémentaire, qui puisse apporter un peu plus de souplesse à ces travailleurs qui ne sont vraiment pas des personnes qui «abusent» des voyages.

 

Enfin, ajoutons que depuis le 22 février 2021, les restrictions de voyage se sont renforcées. Dorénavant toute personne qui arrive au Canada par voie aérienne doit passer des tests complémentaires avant, mais aussi après son arrivée. Elle devra également se confiner 3 jours à ses frais dans un hôtel désigné par le gouvernement canadien, avant d’effectuer ses 14 jours de quarantaine à son domicile.

 

Heureusement, il existe des exceptions à cette nouvelle obligation et chez Phoenix GMI nous guidons nos clients selon les particularités de leur contexte.

 

Aussi, nous sommes heureux de pouvoir nous adapter avec agilité à toutes ces situations pour continuer d’assurer une logistique efficace.

 

Mais ce que nous retenons de cette expérience, c’est que comme toujours, en matière d’immigration, le plus important est de :

  • faire preuve d’organisation, tout en restant alerte et vigilant
  • d’avoir une équipe pluridisciplinaire et d’être bien implanté dans les différents bassins d’emploi,
  • et d’être très prévoyant !

Alors merci aux employeurs et aux candidats qui nous font confiance !

Phoenix GMI offre des services en recrutement international et en immigration pour les entreprises québécoises et canadiennes, et les candidats voulant réaliser un projet de vie au Canada.

Notre équipe pluridisciplinaire, rigoureuse et dévouée, met en place des stratégies concrètes et personnalisées pour ses clients.

Auteur : Phoenix GMI